Votre magazine Clin d’œil a 40 ans!

Édito publié dans le magazine Clin d'oeil - oct. 2020, par Julie Buchinger, Rédactrice en chef


Un jour de 1979, Jean Lessard a traversé le rez-de-chaussée de Bloomingdale’s, à New York, en évitant soigneusement d’être aspergé par une représentante, au rayon des parfums. Il allait zieuter la boutique Sonia Rykiel, qui venait d’ouvrir à
l’étage. Une jeune femme s’est approchée de lui, flacon à la main. «Ne vaporisez rien sur moi s’il vous plaît!» lui lance Jean Lessard avant de poursuivre son chemin jusqu’à la boutique.

«En redescendant, je suis repassé devant elle; elle tenait toujours sa bouteille de parfum. Elle m’a reconnu et m’a fait un clin d’oeil qui disait: je ne vous vaporiserai pas, promis! Cet après-midi-là, je suis allé m’asseoir au resto et j’ai repensé à ça. Un clin d’oeil, ça dit beaucoup au fond. C’est toujours sympathique et positif. Ça crée un lien de complicité. Lorsque je suis rentré à Montréal, j’avais le nom du magazine et son slogan: “Le complice de vos 20 ans”.»

Les lectrices du magazine avant tout !

C’est ainsi que le créateur du magazine Clin d’oeil résume la genèse de ce projet qui a vu le jour quelques mois plus tard. Il faut l’entendre raconter les premières années de cette publication phare de la mode et de la beauté au Québec. L’enthousiasme de cet homme versé en matière de magazines et amoureux du design transparaît dans chacune de ses anecdotes.

Lorsque je le joins au téléphone, par un jeudi soir d’été («Appelez-moi ce soir; demain, je pars pêcher le bar rayé dans la baie des Chaleurs!»), je ne sais pas encore que sa compagne, Catherine Elie, est assise à ses côtés. Elle écoute et participe à la discussion en lui rappelant tantôt des dates, tantôt des noms. Elle aussi a joué un rôle dans la création du magazine. Elle en a été la toute première rédactrice en chef.

«Le premier numéro, le 00, avec Nathalie Breuer en couverture, on l’a pas mal fait au complet à deux: la photo, les textes... Il fallait être polyvalent, mais comme je faisais des magazines depuis longtemps, je savais comment ça marchait.» Point de vantardise dans sa voix; juste le souvenir heureux de débuts prometteurs. Impliqués tant sur le plan du contenu que sur celui des ventes («J’ai toujours refusé qu’on y mette des annonces de tabac, peu importe ce qu’en disait le service des ventes!»), attentifs à la distribution comme à la promotion, Jean Lessard et son équipe pensaient d’abord et avant tout au plaisir des lectrices.

Un magazine unique

Le Clin d’oeil, qui s’adressait à l’époque aux 18-24 ans et qui braquait les projecteurs sur les créateurs d’ici (bien avant que la COVID nous en rappelle l’importance...), comblait brillamment ce marché, où il fleurit encore aujourd’hui. Bien sûr, les années ont passé, le magazine a évolué et a, un jour, changé de mains, mais cette préoccupation de mettre la lectrice au coeur de la stratégie éditoriale est demeurée reine à la rédaction.

Jean – et Catherine, pas loin – m’a accordé presque deux heures de son temps. Lorsque je dis que je dois filer, c’est sur ces mots qu’il conclut un entretien qui a nourri ma fierté de diriger la rédaction du Clin d’oeil: «Nous sommes très fiers, tous les deux, que ce magazine ait su durer aussi longtemps. C’est une industrie pas facile, ces temps-ci, mais nous sommes convaincus qu’il a encore sa place sur le marché, surtout à une époque où tout le monde prêche pour les produits locaux. Le Clin d’oeil n’existe qu’au Québec, il n’y en a pas d’autres!»

Ça, c’est bien vrai: il n’y en a pas deux comme nous.

Bonne lecture, et surtout, merci d’être là depuis 40 ans!

Julie Buchinger